Les médecins du secteur public du Zimbabwe retournent temporairement au travail

La longue bataille au Zimbabwe entre les médecins du secteur public et le gouvernement semble être terminé, pour le moment, après que les médecins sont retournés au travail la semaine dernière.Mais les problèmes de santé dans le pays sont loin d’être terminée. Les infirmières ont également été en grève, et le plus grand centre de formation infirmière du pays n’a pas ouvert ses portes la semaine dernière alors que seulement quelques enseignants cherchaient plus d’argent. Les médecins du secteur privé ont également augmenté leurs frais. Ils réclament de l’argent à leurs patients alors qu’ils se disputent avec les assureurs de santé, qu’ils accusent de gaspiller des fonds. La grève parmi les médecins du secteur public, qui a commencé l’année dernière, a nécessité des actions légales et le déploiement de la police et de l’armée. . La semaine dernière, les médecins ont accepté de retourner temporairement au travail, pour atténuer les difficultés causées par la grève. Mais ils ont également lancé un ultimatum en même temps, suggérant que si le gouvernement ne répondait pas à leurs demandes, la grève reprendrait. Médecins ont dit au gouvernement qu’il avait deux mois pour résoudre le différend. Les médecins ont exigé des augmentations de salaire de 8000%, ce qui peut sembler énorme, mais qui doit être vu dans le contexte de la faiblesse du dollar zimbabwéen et l’inflation rampante Selon l’Hospital Doctors Association, les médecins reviennent «pour aider nos patients, non pas à cause de l’offre que le gouvernement nous a présentée … mais nous ne pouvons pas abandonner les gens pour continuer à souffrir». le gouvernement aurait offert six millions de dollars zimbabwéens par mois, y compris diverses indemnités et des allégements fiscaux. Les allocations, qui constituent l’essentiel du revenu mensuel, comprennent les frais d’appel, les frais de logement et de transport, ainsi que l’assurance médicale. Le rédacteur en chef du Zimbabwe Independent, Iden Wetherell, arrêté le week-end, a rapporté que le gouvernement et le La Commission de service craint que l’accord n’incite d’autres fonctionnaires à prendre des mesures similaires. D’autres employés du gouvernement demandent une augmentation de salaire de 600%. L’année dernière, un tribunal a déclaré la grève illégale, bien que les médecins ne soient pas retournés au travail. Le gouvernement a ensuite ordonné à la police d’arrêter les médecins qui étaient en grève. Pendant ce temps, le collège d’infirmières, une partie de l’hôpital central de Harare, a dit aux étudiantes la semaine dernière qu’elles devraient rentrer chez elles jusqu’à nouvel ordre. Le collège devait ouvrir ses portes le 4 janvier, mais seulement trois tuteurs sont apparus; 15 sont requis pour enseigner motiliumfrance.com.