Limites de l’utilisation du niveau de la procalcitonine comme marqueur diagnostique

Sir – La comparaison par Simon et al de la précision des taux sériques de protéine C-réactive et des taux de procalcitonine pour le diagnostic des infections bactériennes est des plus intéressantes. Trois points importants méritent toutefois d’être commentés. Premièrement, en ce qui concerne la source de la procalcitonine. les résultats ont révélé que, dans une inflammation marquée, et en particulier dans l’infection systémique, le gène de la calcitonine CT est omniprésent dans les cellules parenchymateuses. Ainsi, l’expression du gène CT n’est pas limitée aux cellules hépatiques ou leucocytaires. L’expression du gène CT n’est retrouvée que si ces cellules sont récoltées chez des patients présentant une sepsie et des taux sériques de procalcitonine nettement plus élevés. Dans le sang total, la stimulation des lipopolysaccharides est incapable d’induire une production de procalcitonine détectable par les leucocytes inspiration. observation que certains patients atteints de septicémie ont des taux élevés de procalcitonine sérique même après une éradication presque complète de leur population leucocytaire par chimiothérapie suggère que ces cellules ne sont pas une source majeure de procalcitonine. Les cellules parenchymateuses incluent le foie, les reins et les cellules musculaires et les adipocytes constituent la plus grande masse de tissus et la principale source de procalcitonine circulante chez les patients atteints de septicémie. un prototype de médiateurs hormokine, peut suivre soit une voie d’expression hormonale classique, soit une voie d’expression de type cytokine. La production omniprésente de cette hormone est déclenchée par des toxines microbiennes, par exemple des lipopolysaccharides et des médiateurs de réponses humorales ou cellulaires. IL-b et TNF-α Ces résultats sont pertinents, car ils sont la base de la précision diagnostique supérieure des niveaux de procalcitonine, par rapport aux niveaux de protéine C-réactive, comme le montre l’excellente méta-analyse de Simon et al Deuxième , pour l’utilisation appropriée d’un marqueur dans un contexte clinique, la sensibilité du test fonctionnel est plus pertinente que le re limite de détection portée Le test LUMItest PCT disponible sur le marché; distribué par Brahms utilisé par Simon et al est utile pour détecter les niveaux élevés de procalcitonine chez les patients présentant une infection bactérienne systémique sévère ou une sepsie. Cependant, ce test présente l’inconvénient d’une insensibilité relative, avec une limite de détection fonctionnelle de ng / ml. Une étude a montré que les donneurs sains avaient un niveau moyen de procalcitonine ± ET de ± ng / mL Ainsi, le test LUMItest n’est pas suffisamment sensible pour détecter des niveaux de procalcitonine modérément ou modérément élevés, ce qui limite son utilisation diagnostique dans des conditions autres que la septicémie manifeste À des fins de recherche, des essais de procalcitonine plus sensibles ont été décrits Enfin, toute étude observationnelle portant sur la précision diagnostique d’un marqueur donné est biaisée par le choix du «gold standard». al indique correctement, cette norme n’existe pas en ce qui concerne l’infection, et donc toutes les études sont sujettes à un biais potentiel ntly, les études interventionnelles dans lesquelles la thérapie antimicrobienne est guidée par le marqueur et le «gold standard» pour le diagnostic est le résultat ont le potentiel de résoudre ce dilemme En ce qui concerne les niveaux de procalcitonine, les études initiales des infections des voies respiratoires inférieures et la méningite résultats prometteurs Le temps est venu pour les investigateurs de mener plus d’études d’intervention pour d’autres sites d’infection, en utilisant des tests de procalcitonine plus sensibles pour s’attaquer au cercle vicieux de la surutilisation des antibiotiques et de la multirésistance

Remerciements

Conflits d’intérêts potentiels BM a reçu un soutien à la recherche et des honoraires de Brahms AG liés aux activités et discussions du comité consultatif. Tous les autres auteurs: no conflicts