Réponse à Sullivan et Kelly et Skowronski et al

Au rédacteur-Nous apprécions les commentaires perspicaces de Sullivan et Kelly et Skowronski et autres concernant notre article sur l’efficacité du vaccin antigrippal dans les ménages pendant la saison. Les commentaires de Sullivan et Kelly confirment globalement, dans un autre contexte et saison grippale, que Ils mettent également en lumière des questions importantes concernant les groupes de comparaison appropriés pour la détermination de VE en considérant la vaccination de l’année précédente. En effectuant les premières analyses exploratoires pour expliquer la faible efficacité observée dans notre étude, nous avons identifié qu’il y avait une interaction significative entre la vaccination actuelle et l’année précédente. Pour cette raison, l’année actuelle VE n’a pas pu être estimée sans tenir compte de cela, ce que nous avons fait dans une analyse stratifiée standard Nous avons réalisé que, d’un point de vue biologique, à considérer: vaccinés les deux années, vaccinés dans l’année en cours et non l’année précédente, vaccinés l’année précédente mais pas l’année en cours, et non vaccinés au cours de l’année Au lieu d’utiliser un autre modèle, similaire au modèle B de Sullivan et Kelly, nous avons opté, dans notre tableau final, pour présenter le risque d’infection grippale, divisés par ces groupes L’examen du risque était l’option choisie car nous avons également dû faire face au problème inhabituel de la vaccination antérieure avec le vaccin pandémique, qui était également disponible l’année précédente. Cette approche a également permis de faire des comparaisons sans avoir à choisir groupe référent combiné Compte tenu de la limitation des petits nombres, il est toujours possible de classer les risques du plus faible au plus élevé chez les ≥ ans, lorsque le besoin de vaccinations pour la protection n’est pas recommandé . le risque le plus faible a été observé chez les personnes vaccinées pendant l’année en cours et non l’année précédente, et le plus élevé chez les personnes vaccinées au cours des deux années; Le risque était intermédiaire pour les personnes non vaccinées au cours des deux années. Il est impossible de tirer des conclusions définitives à la lumière de ces chiffres, mais cela suggère que l’effet de la vaccination annuelle répétée nécessite un examen plus approfondi. Kelly ainsi que Skowronski et ses collègues, citant des observations de leur réseau au Canada en -, soulèvent une autre explication du faible VE contre la grippe AHN démontré dans notre étude, à savoir, la dérive antigénique des souches circulantes loin des souches vaccinales Le processus de sélection des souches de l’OMS pour la mise à jour de la composition virale du vaccin repose sur des similitudes et des différences antigéniques basées sur les séquences d’acides aminés. Selon les recommandations de l’OMS pour le vaccin, le virus de la grippe AHN n’a pas changé. souche sélectionnée; cette décision était basée sur l’absence de différences significatives d’antigénicité dans des souches représentatives analysées Les substitutions d’acides aminés signalées par Skowronski et al étaient connues à l’époque, et comme elle le reconnaît, n’ont pas entraîné de changements dans l’antigénicité. cette année -, nous avons une situation relativement similaire, VE relativement faible contre la grippe AHN dans les estimations préliminaires du US Influenza Vaccine Efficiency Network , mais peu de preuves de changements antigéniques dans les virus circulants comme explication Dans les analyses finales de ces les données de réseau, l’effet de la vaccination passée sera examiné, mais ce n’est pas possible actuellement. Dans l’ensemble, ces questions soulevées par les examens actuels de VE indiquent la valeur de telles études, mais indiquent également la nécessité de mieux comprendre les mécanismes biologiques qui entraînent plus faible que prévu VE

Remarques

Soutien financier ASM et SEO ont tous deux reçu un financement institutionnel et un soutien de voyage par le biais des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies et le financement institutionnel des National Institutes of HealthPotential Conflits d’intérêts Les deux auteurs: Aucun conflit signalé Les auteurs ont soumis le formulaire ICMJE pour la divulgation des conflits potentiels d’intérêt Les conflits que les éditeurs jugent pertinents pour le contenu du manuscrit ont été divulgués