Réponse à Thomason et al. Et Bahr et al

Au rédacteur-Nous apprécions les commentaires de Thomason et collègues sur notre récent manuscrit concernant la survie du sepsis chez les receveurs de greffe par rapport aux patients non greffés Les études évaluant le délai des antibiotiques et la mortalité sont principalement basées sur les patients atteints de choc septique. La mortalité élevée et la puissance statistique conséquente pour détecter les différences de survie, ainsi que le diagnostic plus précis du choc «temps zéro» ou l’initiation des vasopresseurs, sont similaires à la cohorte de Thomason et al:%, et Seuls nos patients ont eu un choc septique Notre étude n’a été ni conçue ni optimisée pour évaluer les résultats basés uniquement sur les patients avec un choc septique. Notez que nos protocoles standard de septicémie hospitalière n’indiquent pas de différence de temps entre les patients transplantés et non transplantés. d’intérêt à noter les différences entre le moment de l’initiation d’un antibiotique Notamment, le fait que la survie de nos patients transplantés atteints de septicémie était significativement meilleure que celle des patients non transplantés, malgré le fait que les patients transplantés avaient un poids significativement plus bas. % de l’adéquation du régime antibiotique initial par rapport aux patients non transplantés% P & lt; , souligne la nouveauté et la robustesse de nos découvertesNous remercions également Bahr et ses collègues pour leur intérêt dans notre étude. Il convient de noter que l’âge est un facteur bien défini associé à la mortalité chez les patients atteints de sepsis. Bahr et ses collègues affirment que des soins plus rapides et plus complets seront prodigués aux receveurs de greffes d’organes solides, quel que soit leur lieu de résidence ou de soins intensifs Comme nous l’avons dit, une disparité dans les soins pourrait être observée en ambulatoire; En fait, dans notre établissement, les protocoles de dépistage de la septicémie sur les unités d’hospitalisation sont identiques et rien n’indique que la septicémie chez les patients transplantés est détectée plus tôt ou qu’elle suscite une réponse plus rapide que chez les non-greffés. En conséquence, nous croyons que notre raisonnement et la conception de notre étude étaient appropriés, et nous avons effectué un appariement selon la localisation de l’hôpital. En outre, il faut souligner que les receveurs de greffe étaient significativement plus gravement malades au moment de l’admission. Ces observations appuient notre conclusion qu’un accès aux soins de santé meilleur ou plus rapide n’expliquait pas les meilleurs résultats de survie pour les patients transplantés. Nous sommes d’accord avec Bahr et al que la nouvelle découverte de diminution de la mortalité bactériémique septicémie chez les receveurs de transplantation d’organes solides les étudiants étudient plus avant

Remarque

Conflits d’intérêts potentiels Tous les auteurs: Aucun conflit d’intérêt potentielTous les auteurs ont soumis le formulaire ICMJE pour la divulgation des conflits d’intérêts potentiels Conflits que les éditeurs jugent pertinents pour le contenu du manuscrit ont été divulgués