Rencontre avec Karine, gérante de Kalinka Art Gallery

Le 30 mai dernier, Karine a ouvert sa galerie d’art à Pondichéry et y donne sa première exposition, “4 Ways”. Rencontre.

L’ouverture de Kalinka est un projet ambitieux… Pouvez-vous nous présenter la galerie en quelques mots ?

Kalinka est une galerie d’art moderne et contemporain : j’y expose à la fois des artistes indiens et des artistes occidentaux pour permettre à leurs mondes différents de se rencontrer, dans une optique d’échange culturel. En terme d’expos, ce sera surtout de la peinture, comme l’exposition « 4 Ways » qui se tient en ce moment, mais je prévois aussi d’exposer de la photographie et de la sculpture.

Que signifie « Kalinka » ?

En fait c’est un surnom, que j’ai depuis que je suis enfant. Ma belle-mère parlait russe… J’ai toujours aimé sa sonorité.

Pourquoi avoir choisi Pondichéry pour installer votre galerie ?

J’y suis venue pour la première fois il y a six ans, à l’occasion d’un voyage de trois mois dans le Tamil Nadu, et j’ai véritablement eu un coup de foudre pour cette ville. Je me suis promis qu’un jour, je m’y installerai… Je ne savais ni quand ni comment, mais c’était un projet qui me tenait à cœur ! J’y viens régulièrement depuis. C’est une petite ville, bien plus calme que la plupart des villes indiennes, elle est au bord de la mer… Je suis aussi très sensible à la proximité d’Auroville, et à l’aspect historique et spirituel de Pondichéry, avec notamment le mélange de cultures française et indienne, et l’influence de Sri Aurobindo et de la Mère.

Parlez-nous un peu de votre parcours. Comment en êtes-vous venue au monde de l’art ?

Je suis une ancienne avocate du barreau de Paris, mais j’ai toujours baigné dans un milieu d’artistes : ma maman était peintre. J’ai grandi avec les odeurs de peinture à l’huile, de térébenthine… Ma mère m’emmenait à toutes sortes d’expos, et elle m’a transmis sa passion pour l’art. Depuis que j’ai quitté le barreau, je voulais retourner à ce monde de l’art : j’ai écrit un recueil de nouvelles en lien avec la peinture, j’ai pris des cours aux ateliers Beaux-Arts de la ville de Paris, j’ai travaillé pour le Syndicat Français des Artistes, j’ai travaillé pour un syndicat d’initiative… Ouvrir une galerie me permet de réunir toutes mes aspirations et de me servir de tout ce que j’ai appris de ces différentes expériences, pour les mettre au service des artistes.

Pouvez-vous nous en dire plus sur l’exposition qui se tient en ce moment dans votre galerie ?

L’exposition s’appelle « 4 Ways », elle va durer deux mois et elle regroupe les œuvres de quatre femmes peintres dont j’admire énormément le travail : Kirti Chandak, Céleste Bollack, Catherine Lescure, et Nadée. Kirti est indienne, Céleste, Catherine et Nadée sont françaises. Ce qui me touche chez ces quatre artistes, c’est qu’elles ont chacune un univers propre, très défini, avec une réelle identité picturale. Elles ne cherchent pas à faire ce qui plait, ce qui marche commercialement : elles ont leur propre singularité. Leur travail est extrêmement intime, et leur patte est reconnaissable entre toutes dès que l’on connaît un peu leur univers.

Vous savez déjà ce que vous allez proposer ensuite ?

Oui, la galerie ne restera jamais vide. L’exposition suivante, à compter du 1er août, sera celle d’un photographe aurovillien , qui fait un travail fantastique sur la lumière.

Affaire à suivre, donc…

Exposition “4 ways”, jusqu’au 30 juillet, du mardi au dimanche de 10h à 20h.

Par Marion Dailliez

GÉOLOCALISATION

INFOS

  • Kalinka Art Gallery: 14, rue du Bazar Saint-Laurent, Pondicherry, 605 001
  • (+91) 70 94 95 69 76
  • kalinkapondy@gmail.com
SHARE THIS
Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+